AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
En raison d'une démotivation générale au sein du staff et des membres absents, le forum est en hiatus.
Revenez dans quelques semaines/mois, avec un changement de staff et un tout nouveau tout beau, forum.
Merci à ceux qui sont restés jusqu'au bout et pour leur soutien. En espérant vous retrouver à la réouverture ...
Heath, Summer & Camilya.

Partagez | 
 

 Blood on my hands - Ft Isobel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

I introduce to you :



avatar


✗ Capotes usagées : 6
✗ Orgasmes obtenus : 3


.

MessageSujet: Blood on my hands - Ft Isobel   Mar 5 Juin 2012 - 22:40

Aujourd'hui est une bonne journée. Je me suis levé de très bonne humeur et j'espère y rester longtemps. Le soleil est au rendez-vous et pour une fois, le temps joue sur mon humeur. Vraiment. Ca me fait plaisir. Parce qu'hier, c'était un peu la déprime dans ma tête. Je suis resté toute la journée, enfermé dans ma chambre, à fixer les photographies de cadavres en morceaux. Cela fait quelques semaines que je n'ai touché à personne. Est-ce que je me ramollie ? Je n'en sais foutrement rien. Mes pensées sont surtout tournées vers une seule et unique personne – dont je ne veux absolument pas la mort mais que je me garde bien de le dire. Cependant, oui, aujourd'hui est une toute autre journée et je compte bien reprendre du poil de la bête. Enfin, ce soir sera le grand retour de Cameron. Mais en attendant... J'attends. Assis sur le grand fauteuil beige de ma cousine.

C'est marrant comment les choses ont pris une tournure dont je n'aurais jamais soupçonné. Bien qu'étant jeune, la famille représentait tout pour moi, actuellement ce mot, famille, ne signifie plus grand chose. Mais Isobel, c'est différent. Elle est comme moi. Elle me comprend. Du moins, je suppose. Elle n'est pas tarée et je ne suis pas fou. Ce sont les autres qui sont trop gentils et culcul la praline. Le monde devrait être composé uniquement de personne comme elle et moi. Après tout, c'est pas plus mal que nous soyons uniques. Sinon, qui serez mes victimes ? Et à coup sur, Isobel en deviendrait une aussi. Ouais, ça serait vraiment con. Parce que, j'l'aime bien ma cousine. Certes, je suis quelqu'un qui aime être seul, la solitude est mon amie, mais j'aime être en sa compagnie. Est-ce que je peux vraiment dire que le mot famille ne représente plus rien pour moi ? Je doute depuis que je connais – enfin - ma cousine. Enfin, ce n'est pas vraiment un problème en soi.

Je sors de ma poche ma carte de crédit et sors d'une boite posée sur la table basse de la poudre blanche. Où comment bien commencer – ou continuer – la journée avec de la bonne humeur. Je crois que rien ne pourrait survenir bousiller cette foutue bonne humeur. Sérieusement, je suis actuellement seul et j'ai un sourire qui va jusqu'aux oreilles. Mais qu'est-ce que j'ai ? Après avoir sniffer quelques rails, je me lève et me pose devant la fenêtre. Chicago. C'est quand même une ville de malades. J'en ai connu des villes. J'en ai visité plein même. Bon okay, Baltimore était pas mal. J'ai même adoré y être. Peut-être une des meilleures villes où j'ai fait un de mes meilleurs meurtres. Mais je n'aime pas me vanter de mes crimes. Les artistes, les vrais, n'aiment pas non plus se vanter de leur meilleure toile, leur meilleur chef d'oeuvre. Moi non plus, je n'aime pas porter d'éloges sur mes chefs d'oeuvres.

J'entends la serrure de la porte d'entrée, puis celle-ci s'ouvrir. Ah ! Enfin! Elle doit probablement rentrer de son travail. Ah oui, ma cousine est une pute. Autant le dire, ce qu'elle fait de sa vie, je m'en balance pas mal. Mais il m'est déjà arrivé d'aller la surveiller. Si on touche, ne serait-ce qu'à un cheveu de ma cousine, je tue. Quoi ?! Elle est ma dernière famille. Okay, ça c'est ma faute en quelque sorte. J'ai tué mon père et ma mère. Aussi mes soeurs et mon frère. Mais ils l'avaient mérité. En fait, non. Ils n'avaient rien fait. Seulement, je ne retournerais jamais dans le passé si on pouvait le faire. Je ne regrette pas mon geste. Ouais, ça c'était mon plus beau tableau. Enfin, passons. Je me tourne vers la brune lorsqu'elle apparaît dans la pièce. Je lui fais mon plus beau sourire en m'approchant d'elle. Comme d'habitude, son maquillage – ou plutôt le pot de peinture qu'elle s'est foutue sur la gueule – a dégouliné sur son magnifique petit minoi. Je passe ma main sur sa joue pour lui enlever vulgairement ce noir en dessous des yeux.

- Comment était ta soirée ?


Comme d'habitude, je m'en fous, mais je fais semblant de m'intéresser un minimum à son activité professionnelle. Si je peux appeler ça comme ça. Si elle s'en donnait les moyens, elle pourrait faire autre chose. Mais ça ne regarde qu'elle et si ça lui convient, alors je n'ai rien à redire dessus. Et puis, même si ça ne me convenait pas, je n'aurais rien à dire quand même, tout comme elle n'a rien à dire sur mes activités personnelles. Avec Isobel, même sans se le dire, on a fonctionné comme ça dès le départ. Et ça me va très bien. Sans lui laisser le temps de répondre de suite, je m'écarte d'elle pour retourner à la fenêtre. Je pense sérieusement à commettre un meurtre ce soir. Ouais... Comme je le dis, mes pensées sont ailleurs. C'est dérangeant, quand même. Je soupire, puis reporte à nouveau mon attention sur Isobel.

- Ca va ? T'as l'air... Ailleurs ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/William.G.23

I introduce to you :
Invité







Invité

MessageSujet: Re: Blood on my hands - Ft Isobel   Lun 25 Juin 2012 - 18:51

Bosser et encore bosser ce n’était pas ce que j’aimais le plus au monde. Du moins au vu de mon métier, si l’on pouvait appeler ça un métier. Ce n’était même pas un métier « légal » alors nommé la prostitution comme un métier… Mais mieux valait que je cesse d’y penser, car à chaque fois que j’y pensais ça me minait le moral au plus haut point. Je détestais écarter les cuisses, du moins avec les clients. Les écarter, les laisser me pénétrer, me prendre une part de moi c’était de plus en plus difficile pour moi, d’autant plus depuis que j’avais couché avec Heath. Heath… L’homme que j’aime, le mac qui gère mon argent et m’en prend beaucoup trop ceci dit. Mais dans un sens, j’étais contente de l’avoir. D’une part car j’étais tombée amoureuse de lui, mais de l’autre, car il me protégeait et il m’avait évité bien des ennuis grâce à ses vigiles. Mais maintenant que nous avions couchés ensemble et surtout que j’avais passé la semaine chez lui ça me perturbait. Quelque chose se tramait entre nous c’était sur… surtout que Mary avait tout fait pour m’éclaircir les idées… En sachant donc, par exemple que j’étais la première à dormir avec lui dans sa chambre… Puis le fait qu’il s’occupe de moi comme si j’étais en cristal… Non vraiment je pensais et j’étais même sûr qu’il était attiré par moi, tout comme moi je l’étais par lui mais de là à aller de l’avant… Je doutais qu’il veuille. Il n’était pas insensible à moi point… Et autant dire que depuis qu’il m’a relâché, chose déplaisante, j’aurais bien voulu rester chez lui une semaine de plus. Je n’étais pas allée le voir à son bureau. Bon ok, ça ne faisait qu’un jour… Et au vu de mes pratiques sexuelles pour le moment autant ne pas y aller. J’avais un peu honte. Je n’avais pris strictement aucun rendez-vous… Et en fait… J’étais restée toute la soirée allongée sur le lit à colmater et à attendre que le temps passe… J’avais pourtant bien essayé de faire une pipe ou deux mais non… Je ne pouvais pas, Heath était dans ma tête, c’était lui que je voulais lui et personne d’autre. Je rêvais de lui, je le voulais, je voulais me blottir contre son corps, enfouir mon visage dans son cou, respirer sa douce odeur, caresser son corps pendant qu’il dort. L’écouter respirer, ronfler quand il dort profondément et qu’il est très fatigué, je voulais le contempler, le voir durcit par le matin lorsqu’il passe pour aller à la salle de bains pensant que je dors… Je voulais tant de chose. Revivre ces moments sans me lasser une seule seconde… Mais à présent c’était du passé, et j’avais peur d’aller le voir au bureau. Après une semaine à être avec le Heath gentil et adorable, le voir en mode Heath le mac et le dur à cuir, non… Non, je ne pouvais pas.

Surtout que je n’avais rien ! Absolument rien. Même pas un foutu dollars… Alors cette honte… Passer de pute de luxe à moins qu’une pute… Même la pute la plus crade et la moins bonne avait surement ramené plus de fric que moi ce soir ! A force, avec le temps, c’était devenu comme un challenge, comme un concours… Depuis que je bossais pour Heath, je faisais tout pour lui ramener le plus de fric possible. Je baisais, je suçais, je me déplaçais même chez les clients alors qu’il ne voulait pas, j’arnaquais, je volais, j’augmentais mes prix à la tronche du client… Je voulais être sa pute de luxe, la seule et l’unique ! Je voulais qu’il me remarque, et il l’avait fait… Peut-être que si j’étais l’exception, c’était tout simplement parce que j’étais une pute de luxe… Cette idée me fit frémir et si elle s’avérait juste, ben bravo Isobel… Être utilisé de la sorte c’était pas ce qu’il y avait de meilleur… Rah ! Grognant faiblement, je sortis de ma voiture en claquant la porte. Tant pis si je réveil du monde ! De toute façon je rentre bien plus tôt que les autres jours…. Clé en main, je rentrais dans l’immeuble afin de filer dans le duplex familial. Je ne vivais plus seule à présent. Depuis que maman était morte, du monde était venue dans ma vie. Deux frères… Et un cousin. Le cousin vivait avec moi. Il avait l’air flippant et horrible, mais c’est mon cousin alors… J’entrais chez moi et le vit debout. Cameron était bizarre mais je l’appréciais ainsi, sincèrement. De toute façon, je crois que j’étais faite pour être entourée d’homme dur à cuir et violent… Fermant la porte avant que Pampan, mon lapin ne s’échappe, je fixais le sol, pour le voir dans sa cage à dormir. Voyant mon cousin s’approcher de moi je le laissais toucher ma joue, frissonnant sur le coup. Hormis Heath personne ne touchait mon visage. Il m’enlevait surement le maquillage qui avait coulé… J’avais pleuré… et surtout j’étais fardé comme… ben une pute pour cacher les bleus que m’avait causé ce fils de pute dans la rue. « Comment était ta soirée ? » Plissant le nez, je ne le repoussais pas en soupirant faiblement. Le laissant partir vers la fenêtre, il avait l’air très songeur, chose bizarre. Cameron était souvent dans la lune. Posant mes affaires sur le comptoir de la cuisine je filais en direction du frigo pour chercher de quoi boire. « Ca va ? T'as l'air... Ailleurs ?! » Me servant un bon verre de jus d’orange, je m’installais sur le comptoir en plissant à nouveau le nez. « Ma soirée était naze… Mais t’inquiète pas ça va… Juste la fatigue et tout ça quoi… » marmonnai-je doucement avant de boire une longue gorgée. Attrapant mon paquet de clope je m’allumais une cigarette tirant longuement dessus avant d’examiner mon cousin en long en large et en travers. « Et toi ? Tu m’as l’air bien songeur… Quelque chose ne va pas ? Tu veux en parler ? » demandai-je doucement. Je n’étais pas du genre inquiète ou autre, mais c’était mon cousin alors j’essayais d’être normal et présente pour lui, surtout que toute sa famille c’était faite tué… alors il devait surement mal le vivre non ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Blood on my hands - Ft Isobel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ETERNA KONTIKI FOUR-HANDS XXL : La petite dernière
» eterna kontiki four hands ou omega speedmaster pro ?
» Géranium Magnificum Blue Blood
» Revue Eterna KonTiki Four Hands
» Apres 1 an et demi... resultats et impressions Kontiki Four Hands
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Closer to the edge :: Duplex de A. Isobel & Cameron J. HurthFeets-